Accompagner le vieillissement

Accompagner, une notion fondamentale dans toute civilisation mais à l’heure où le vieillissement des populations s’accroît, prendre soin de nos aînés devient l’enjeu majeur de nos sociétés modernes. Dès lors, on mesure la causalité de l’accroissement des signes de perte d’autonomie et pathologies multiples. En 2050, 22,3 millions de personnes seront âgées de plus de 60 ans soit une hausse de 80% en 45 ans (Insee).

Infirmière qui accompagne une femme âgée qui éprouve des difficultés pour se déplacer

Le vieillissement, un cheminement progressif

Auparavant, cette inclinaison naturelle de la maturité était prise en charge par les familles, le patriarche devenait le référent puis celui dont on prenait soin. Aujourd’hui, le paysage social a évolué : la pression économique, le consumérisme et l’éclatement des familles ne permettent plus cette prise en charge quotidienne. Vieillir renvoie désormais au fait de bien vivre. Ce changement de cycle se veut porteur de sens, tout en gardant son individualité et en restant décisionnaire de ses orientations de vie.

Mais qu’advient-il quand la perte d’autonomie se profile ? Les familles se retrouvent souvent démunies face aux changements de comportements de leurs aînés. La personne s’isole car des douleurs articulaires rendent les déplacements difficiles, des troubles de l’audition compliquent les conversations… De même, la perte d’appétit apparaît, des problèmes de mémoire, des sautes d’humeur… Autant de signes distinctifs qu’il faut prendre en compte et ne pas laisser s’installer. Maintenir l’indépendance quand la notion d’autonomie est en jeu conduit à des prises de risques (chutes, désorientations…).

Mais que faire ? A qui s’adresser ?

La société actuelle a les moyens de répondre efficacement à cette problématique. De nombreuses solutions sociales et technologiques se sont développées en quelques années et permettent de d’améliorer voire de résoudre de nombreuses situations. Il faut alors accompagner les seniors et leurs familles au « prendre soin », avec délicatesse et bienveillance…

L’accompagnement, réponse à bien des maux

Être attentif à nos aînés est évident mais trouver des réponses aux questions qu’on se pose est souvent fastidieux. Les familles se sentent seules et l’inquiétude renforce un climat ambiant déjà très anxiogène.

Se rapprocher du corps médical et particulièrement des gérontologues est le point de départ pour poser un diagnostic. Contacter les associations quand une pathologie est décelée afin d’être entouré en tant qu’aidant permet de se sentir moins isolé et d’avoir des réponses concrètes et approuvées.

Quand le maintien à domicile est envisageable et reste « sécure », vous disposez de bon nombre de services qui proposent des aides à domicile efficaces. Le critère relationnel reste primordial car on rentre dans l’intime. Les infirmières à domicile jouent souvent un grand rôle auprès des seniors. Des portages de repas peuvent également être proposés. A chaque besoin correspond une réponse adaptée.

Vers une longévité plus maîtrisée

Le maintien à domicile n’est pas toujours possible ni recommandé en raison de l’état de santé dégradé et de la dépendance de la personne âgée. Dans ce cas, une autre étape s’annonce : trouver un lieu d’hébergement qui puisse correspondre à son proche. On peut faire appel aux services compétents institutionnels (CCAS, CLIC…) afin de trouver une place en EHPAD. Mais d’autres structures d’accompagnement dans la recherche d’établissements existent mais sont moins connues.

Bien souvent le choix d’un hébergement en établissement se fait dans l’urgence et les traumatismes physiques et psychologiques sont malheureusement souvent au rendez-vous. Ainsi, nombreuses sont les structures qui accueillent des personnes souffrant d’Alzheimer mais la complexité de la pathologie et la diversité des services proposés rendent souvent le choix pour les familles, difficiles et opaques. De nombreux témoignages font état de cette difficulté à trouver le bon établissement, un environnement sécure avec une prise en charge bientraitante et attentive. Papyhappy devient une solution d’accompagnement pour que « bien vieillir soit facile et continuer soit moins difficile ».

Rédaction : Véronique J

FrenchSpanish