La prévention des chutes, un nouveau regard sur son quotidien

Nos sociétés occidentales connaissent un vieillissement qui tend à s’accroître fortement dans la prochaine décennie. La société doit relever un défi : celui de tout mettre en œuvre pour « bien vieillir » ce qui induit qualité de vie et autonomie.

En effet, selon une étude de 2016 du Professeur Dantoine, 1/3 des plus de 65 ans sont victimes de chutes et 12 000 décès par an sont à déplorer. Au vu de ce constat, la prévention des chutes chez les personnes âgées est une priorité.

Le repérage des causes favorisant les chutes est nécessaire. On prend en compte l’état de santé (troubles de l’équilibre, vertiges, perte musculaire et de mobilité des articulations, maladies et médicaments), les habitudes de vie (alimentation inadaptée, consommation d’alcool) et l’environnement intérieur inadapté).

Une femme âgée s'aide d'une canne pour se déplacer en sécurité

Adopter de nouvelles habitudes pour rester debout

Se lever lentement et apprendre à se relever de son lit ou de son fauteuil, utiliser une canne pour sécuriser la marche sont des réflexes qui contribuent au maintien de l’équilibre. Il faut prendre aussi soin de ses pieds avec le port de chaussures adaptées à sa pointure et à son activité.

Faire appel à des aides ménagères évite d’entreprendre des tâches ménagères à risque comme le passage de l’aspirateur ou le lavage des vitres. L’aide à domicile permet aussi de privilégier la relation humaine, l’aidant saura percevoir les faiblesses de la personne âgée et y répondre.

Ce sont des habitudes qui peuvent paraître évidentes mais que l’on oublie dans son quotidien. En ce qui concerne les soins d’hygiène, on peut installer un siège fixé au mur dans la douche pour plus de stabilité, un marchepied pour entrer et sortir de la baignoire, un siège pivotant, sans oublier un revêtement antidérapant. Ne pas oublier un rehausseur de toilettes qui permet de se relever plus facilement. Des barres d’appui dans les toilettes et la salle de bains s’avèrent également très utiles. Ces astuces facilitent le confort de vie, maintiennent la confiance en soi et renforcent le sentiment de sécurité.

Vous pouvez solliciter les conseils d’un ergothérapeute ou d’un revendeur d’équipement médical pour l’installation d’un matériel adapté ou pour effectuer des travaux d’aménagement. Des prises en charge financières sont possibles par la Sécurité sociale, la mutuelle ou par les caisses de retraite et conseils départementaux. L’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) peut prendre en charge une partie des frais d’aménagement de votre maison et des aides à domicile. Vous pouvez obtenir les informations auprès des CLIC ou services sociaux hospitaliers.

Modifier son espace de vie

Des entreprises proposent des services et des aménagements spécifiques et un mobilier adapté (salle de bains chez Easyshower, mobilier chez Acomodo). Ces entreprises efficaces agissent sur la prévention. Chuter est une cause d’affaiblissement qui induit de nombreux comportements favorisant la dépendance. Il est possible d’éviter les chutes en modifiant l’aménagement de l’espace intérieur dans un premier temps : déplacer les meubles et objets qui gênent la circulation, avoir les affaires usuelles à portée de main, multiplier les sources de lumière de façon à permettre une bonne gestion de l’espace, éviter les tapis et redoubler d’attention dans les escaliers. De même la mise en place d’un chemin lumineux partant du lit jusqu’aux sanitaires permet d’éviter les chutes nocturnes.

Photo d'un salon aménagé avec un canapé ergonomique et des coussins colorés

Vers un maintien du bien vivre

Toutes ces attentions permettent le maintien de l’autonomie à domicile. Le bracelet d’aide à la détection de chutes est un facilitateur en cas d’accident, il détecte la chute automatiquement et il alerte le professionnel (Bluelinea par exemple). Les secours interviennent alors, au plus vite. Il est important de savoir que plus le temps passé au sol est long et plus les conséquences sont importantes. La chute a un impact direct sur la santé, le plus couramment une fracture de l’extrémité supérieur du fémur mais le plus impactant est le syndrome post-chute qui entraîne une réduction de l’activité physique, une baisse des capacités cognitives et fonctionnelles. La conséquence est alors une perte d’autonomie, un isolement social et une perte de confiance qui génèrent des angoisses. Ce cercle vicieux conduit bien souvent à une entrée en EHPAD.

La prévention des chutes est une priorité pour nos aînés, chacun doit prendre conscience que l’anticipation des chutes devient la solution au « bien vieillir ».

Faire appel aux services d’aide à domicile, aux entreprises spécialisées dans l’aménagement du logement et aux nouvelles technologies tels que le bracelet de détection, le dispositif de vidéo vigilance…sont des réponses efficaces à mettre en œuvre pour rester maître de ses propres choix en toute indépendance.

Rédaction : Véronique J