Vieillir ou conduire, faut-il choisir ?

D’après l’étude ENTD 2008, la France compte pas moins de 8 millions de conducteurs seniors. Les effets de l’âge peuvent avoir des répercussions sur la conduite, comment réagir et quelles sont les bonnes pratiques à mettre en place pour rester en sécurité ?

Effets de l’âge sur la conduite

Parmi ces 8 millions, 62% des seniors de 65 à 74 ans ont le permis de conduire et 49% conduisent. Cependant, seulement 29% des plus de 74 ans conduisent. D’après une étude de l’INSEE, avec le vieillissement de la population la France comptera plus de 20 millions de personnes âgées de 65 ans et plus en 2050. Ce vieillissement de la population induit donc de plus en plus de conducteurs seniors.

Avec l’âge plusieurs modifications physiologiques peuvent modifier l’aptitude à conduire. Une baisse des capacités motrices et des troubles cognitifs peuvent apparaître. Avec le temps, on observe une diminution de l’acuité visuelle, un rétrécissement du champ visuel, et une altération des perceptions de la luminosité et du contraste.

Devant d'une voiture avec les feux allumé, la nuit

En ce qui concerne l’audition, il devient de plus en plus difficile de réussir à localiser les sons de façon précise et de les discerner les uns des autres.  Ensuite, il n’est pas rare que la réactivité et la concentration diminuent. Le temps de réaction devient plus long, l’attention baisse et les réflexes s’amoindrissent. Ces altérations peuvent provoquer des accélérations inopiné, de la confusion ou encore des difficultés à analyser les situations dangereuses et à agir en conséquence.

Adapter son comportement

Etant donné que l’âge diminue les aptitudes à la conduite il est nécessaire de prendre des précautions et d’adopter des bonnes pratiques. Pour cela, il faut bien entendu, veiller à son état de santé. Mais également avoir conscience de ces capacités et prendre l’avis de son entourage pour éviter de se mettre en danger.

Certaines choses simples comme, éviter de faire des longs parcours, éviter de circuler pendant les heures de pointe ou encore planifier ses trajets vous permettront de conduire plus sereinement et dans de bonnes conditions. Attention également aux conditions météorologiques difficiles comme pluie, verglas ou brouillard qui nécessitent une vigilance de tous les instants.

Une voiture qui roule sur une route ensoleillé

Si possible, éviter de conduire seul, être accompagné d’un proche qui possède le permis pourra vous remplacer en cas de fatigue. Si vous suivez un traitement médicamenteux soyez vigilant, certains médicaments ne sont pas compatible avec la conduite d’un véhicule.

Bonnes pratiques

Aujourd’hui, de nombreux équipements de sécurité se généralisent dans les véhicules pour faciliter la conduite. L’aide au démarrage en côte,  les cameras de recul ou le « park assist » deviennent des dispositifs de plus en plus présents. Certaines options comme le « front assist », le maintien de voie ou l’alarme anti somnolence peuvent être des choix judicieux pour profiter le plus longtemps possible de sa voiture en toute sécurité.

Les véhicules équipés d’une boite automatique sont à privilégier car elles permettent de se concentrer sur la conduite, de garder les deux mains sur le volant et de focaliser toute son attention sur la route.

Un homme assis à l'intérieur d'une  voiture

Solutions de prévention pour seniors

Ensuite, de nombreux stages de conduite sont disponibles pour faire le point sur ses capacités, ou se remettre à niveau. Des cours de remise à niveau pour le code de la route sont également disponibles pour former les personnes âgées aux nouvelles réglementations.

Nous ne sommes pas tous égaux face au vieillissement, contrôler régulièrement ses capacités à prendre la route est important. Si vous vivez en ville, essayez de privilégier les transports en commun pour vous permettre d’éviter de prendre le volant et de garder votre autonomie le plus longtemps possible.